in

Bogotá construit son avenir autour du vélo

Afin d’endiguer la circulation après le confinement, la capitale colombienne s’est lancée dans une course à la construction de pistes cyclables qui pourrait servir de modèle en Amérique latine.

Publicité

Dans le peloton de tête pour le transport vert

Bogota est l’une des villes les plus encombrées au monde, les usagers perdant en moyenne 191 heures par an dans la circulation, mais la maire Claudia López, fervente cycliste, espère renverser la tendance en développant le transport à vélo. Dès le début de la pandémie de coronavirus, la capitale colombienne a été l’une des villes qui a le plus fortement développé les pistes cyclables pour promouvoir un transport adapté. Les bus publics ne fonctionnant qu’à 35 % de leur capacité maximale, la ville espérait que 84 kilomètres de pistes cyclables d’urgence permettraient aux gens de se rendre là où ils devaient aller en toute sécurité.

Publicité

Aujourd’hui, la ville regarde bien au-delà de la pandémie pour intégrer les pistes cyclables comme une solution à long terme pour un transport vert fiable. En plus de l’extension des pistes cyclables, la ville a réduit les limitations de vitesse à 50 kilomètres par heure dans toute la ville et a déclaré qu’au moins 20 % des parkings publics et privés doivent être réservés aux vélos. La ville a également mis en place une base de données d’enregistrement des vélos afin de réduire les vols et de localiser plus facilement les vélos volés.

L’engouement pour le vélo n’est pas une nouveauté à Bogota

Malgré son relief accidenté, Bogota est un leader du cyclisme urbain depuis 1974, date à laquelle elle a créé “la gran manifestación del pedal” (la grande manifestation du pédalage) et fermé les rues de la ville pour un événement cycliste auquel ont participé 5 000 habitants. L’événement s’est rapidement transformé en un phénomène hebdomadaire où chaque dimanche et jour férié les rues sont fermées pour une Ciclovía dans laquelle les habitants font du vélo, du skate et du jogging dans toute la ville.

Bien que stimulé par la pandémie, le mouvement pro-vélo semble s’implanter de façon permanente dans de nombreuses villes. Selon une enquête réalisée par Lima Cómo Vamos, une organisation qui défend la cause des vélos depuis sa création il y a dix ans, 11 % des personnes qui utilisaient auparavant une voiture ont indiqué qu’elles préféraient passer à la bicyclette et 32 % de celles qui utilisaient auparavant les transports publics prévoient également de passer au vélo.

Publicité