in

Ces animaux prennent instinctivement leurs distances sociales quand ils tombent malades

La distanciation sociale peut être difficile pour des êtres sociaux comme nous. Même si nous ne trouvons pas naturel de nous engager dans un processus de distanciation sociale, les sacrifices que nous faisons aujourd’hui sont profondément enracinés dans le règne animal.

Advertisement

La distanciation existe aussi chez l’animal social

Les fourmis, les abeilles et les chauve-souris, en passant par les singes, un grand nombre d’animaux sociaux modifient leur comportement pour réduire le risque de propagation des infections lorsqu’un membre de la population tombe malade. De nombreuses stratégies animales ne fonctionneraient pas pour les humains, mais elles illustrent néanmoins pourquoi s’isoler pendant une épidémie n’est pas aussi contre nature qu’on le croit.

Advertisement

Prenons l’exemple de la grenouille. Jusqu’à la fin des années 1990, rien ne prouvait que les animaux non humains pouvaient reconnaître et réduire le risque d’infection par d’autres membres de leur espèce. La situation a changé grâce à des recherches sur les grenouilles taureau, dont les têtards sont remarquablement capables d’éviter une dangereuse infection fongique. Les têtards sont capables de détecter une infection de Candida humicola chez d’autres têtards, ont constaté les chercheurs, et peuvent ensuite utiliser cette information pour éviter de manière proactive que d’autres têtards ne soient infectés.

Les primates aussi savent prendre leurs distances

Les grands singes se livrent également à des activités de distanciation sociale. Comme nous, ce sont des créatures très visuelles, donc même s’ils ne peuvent pas détecter une infection comme les abeilles ou les têtards le peuvent, ils peuvent quand même utiliser des repères visuels pour rester en bonne santé.

Les gorilles des plaines occidentales, par exemple, vivent dans des groupes sociaux que les femelles migrent pour rejoindre, et comme l’ont rapporté des chercheurs dans une étude de 2019, l’évitement des maladies peut être un facteur clé lorsque les femelles décident de quitter ou de rejoindre un groupe. L’étude s’est penchée sur une maladie bactérienne connue sous le nom de lacets, qui provoque des ulcères visibles sur le visage des animaux infectés.

Étudier le comportement des animaux sociaux

En étudiant près de 600 gorilles sur une décennie, les chercheurs ont remarqué que les femelles quittent souvent les mâles et les groupes fortement malades pour rejoindre des groupes plus sains, évitant à tout prix les autres groupes malades.

Cela suggère que les gorilles ont appris que la maladie est contagieuse, ont noté les chercheurs, et peuvent reconnaître ses symptômes chez les autres. « Comprendre comment les interactions sociales changent face à la maladie est un élément clé pour prédire les canaux et la vitesse à laquelle un agent pathogène peut se propager dans une population », a déclaré Rachel Page, co-auteur et chercheur du STRI, dans un communiqué sur les chauve-souris.

Advertisement