in

Des ballons 4G fournissent un accès à Internet dans tout le Kenya

Les ballons équipés d’une connexion Internet offriront une couverture 4G afin que les gens puissent passer des appels vidéo, naviguer sur le web, envoyer des courriels, des textes et des vidéos en continu, dans le cadre du tout premier déploiement commercial de cette technologie au Kenya.

Advertisement

Le projet Loon

Bien qu’il ait été annoncé il y a deux ans, le projet Loon, une unité de la société mère de Google, Alphabet, vient seulement de recevoir l’approbation finale du gouvernement kenyan. Il est maintenant accéléré pour aider à améliorer les communications pendant la crise sanitaire actuelle.

Advertisement

Les ballons stratosphériques ont commencé à fournir des services internet au Kenya le 7 juillet 2020, étendant ainsi l’accès en ligne à des dizaines de milliers de personnes. Les ballons, fabriqués à partir de feuilles de polyéthylène, ont la taille de courts de tennis et sont alimentés par des panneaux solaires tout en étant contrôlés par un logiciel au sol. En l’air, les ballons agissent comme des  » antennes-relais volantes « , transmettant des signaux Internet à des stations au sol et à des appareils personnels. Ils restent plus de 100 jours dans la stratosphère avant de devoir retourner sur terre.

35 ballons pour connecter le Kenya

Les ballons sont destinés à offrir aux pays une option moins coûteuse que la pose de câbles ou la construction d’antennes relais de téléphonie cellulaire en permettant aux compagnies de téléphone d’étendre leur couverture où c’est nécessaire.

Le service 4G LTE sera fourni aux abonnés de Telkom Kenya par une flotte d’environ 35 ballons, couvrant une zone d’environ 50 000 kilomètres carrés dans les régions occidentale et centrale du Kenya, y compris sa capitale, Nairobi. Le projet a jusqu’à présent été testé auprès de 35 000 clients et a été couronné de succès, un test sur le terrain ayant montré des vitesses de téléchargement en aval de 18,9 mégabits par seconde et en amont de 4,7 mégabits par seconde.

Un projet fou ?

Loon (diminutif de balloon et signifiant « fou ») a commencé comme l’un des projets phares de Google en 2011, les ballons n’ayant été utilisés auparavant que dans des situations d’urgence. Par exemple, ils ont été utilisés à Porto Rico en 2017, après le passage de l’ouragan Maria qui a détruit des tours de téléphonie cellulaire.

Cela a changé en 2018, lorsque Loon s’est associé à Telkom Kenya pour fournir un service commercial, le Kenya étant le premier pays dans lequel les ballons ont été déployés de cette manière. Selon le directeur général de Loon, Alastair Westgarth, la crise sanitaire mondiale actuelle a fait qu’ils travaillent aussi vite que possible pour réaliser le déploiement du service. C’est l’aboutissement d’années de travail et de collaboration entre Loon, Telkom et le gouvernement.

Une nouvelle ère de communication

Certains critiques ont déclaré que le projet aurait été mieux adapté dans un autre pays africain, car le Kenya compte déjà environ 39 millions de personnes connectés sur une population de 48 millions d’habitants. Cependant, les dirigeants de Loon ont déclaré avoir choisi le Kenya en raison de son ouverture à l’adoption de nouvelles technologies, Westgarth le décrivant comme « l’endroit idéal pour nous permettre d’entamer cette nouvelle ère de communications stratosphériques ».

À l’avenir, Loon dit qu’il espère offrir la connexion Internet dans le cadre de services plus commerciaux dans le monde entier, et a déjà plusieurs autres projets en cours. Non seulement il prévoit d’offrir cette année un accès à l’internet dans les régions reculées de l’Amazonie grâce à un partenariat avec Internet Para Todos Perú, mais il s’est également associé à AT&T pour fournir un service internet aux zones sinistrées et à Vodacom pour fournir l’internet au Mozambique.

Advertisement