in

Cette application permet aux londoniens amoureux des arbres de se connecter avec leur environnement naturel

Depuis que le confinement a libéré les quartiers de Londres de la circulation, de la pollution et du bruit, de nombreuses personnes ont commencé à prêter davantage attention à la verdure qui embellit leurs rues. Le trafic record de l’application TreeTalk suscite l’intérêt du monde entier alors que les utilisateurs renouent avec les différentes espèces d’arbres qui bordent leurs rues.

Advertisement

Se rapprocher de la nature

TreeTalk est une application étonnante qui permet de créer son propre parcours dans les arbres autour de Londres, depuis sa porte d’entrée. Les fondateurs de l’application, qui identifie les arbres sur son parcours, affirment qu’une augmentation du nombre de personnes passant plus de temps à la maison a entraîné une hausse de l’intérêt pour leur environnement naturel.

Advertisement

Rien qu’en mai, 16 000 demandes d’utilisateurs ont été enregistrées pour la création d’une promenade personnalisée à travers les arbres et 10 000 visiteurs par semaine ont consulté le site web, soit une augmentation de 5 000 % par rapport à la même période de trois mois au printemps de l’année dernière.

Plus de 600 espèces reconnues

TreeTalk a été créé en 2017 à partir de données publiées par l’équipe environnementale du maire de Londres. Les données de l’autorité du Grand Londres ont combiné les informations fournies par les arrondissements de la ville et par Transport for London, qui plante et entretient les arbres sur les routes les plus fréquentées de la capitale.

Il y a plus de 8 millions d’arbres dans la capitale – presque un par Londonien – et la carte et les sentiers de TreeTalk présentent plus de 600 espèces. Il suffit d’entrer un code postal pour générer une promenade qui raconte l’histoire des arbres en chemin, depuis les espèces les plus communes comme le célèbre platane ou le sycomore jusqu’à l’érable de l’Amour, plus rare, et le saule de Vilmorin.

Bientôt disponible dans le monde entier ?

Il y a maintenant des demandes pour que l’application soit étendue à d’autres villes du Royaume-Uni et de l’étranger. TreeTalk discute actuellement d’une proposition avec une ville de la côte est des États-Unis, tandis que des villes d’Australie et d’Inde ont également exprimé leur intérêt.

© Valérie Bernard / Muséum de Toulouse

L’intérêt croissant pour les arbres correspond à celui manifesté pour les plantes. Une armée croissante de botanistes rebelles s’est mise à écrire à la craie les noms des plantes qui poussent dans les fissures des chemins et des murs des villes d’Europe. On espère que l’application pourra très prochainement être utilisables dans nos villes françaises.

Advertisement