in

Une île privée de Cap Cod est ouverte au public pour la première fois depuis 300 ans

L’île de Sipson, qui était jusqu’à récemment la dernière île privée de Cap Cod, a été pour la première fois ouverte au public depuis 1711, soit plus de 300 ans.

Advertisement

Une île privée depuis 1711

Sur la côte est des États-Unis, les résidents locaux se sont joints aux Friends of Pleasant Bay et au Compact of Cape Cod Conservation Trusts pour créer le Sipson Island Trust (SIT), une organisation à but non lucratif, et ainsi acheter la propriété après son entrée sur le marché de l’immobilier de luxe en 2018. Trois hectares de l’île sont toujours en propriété privée, mais les nouveaux propriétaires espèrent réunir suffisamment d’argent pour acheter la dernière bande de terre d’ici 2021.

Did you know that Sipson Island is named for John Sipson, the last Wampanoag (Monomoyic) sachem? This is a picture of a…

Posted by Sipson Island Trust on Wednesday, April 17, 2019

Les Monomoyick, qui ont vécu dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Cap inférieur pendant environ 9 000 ans, ont vendu l’île aux colons anglais en 1711. Selon la page Facebook du trust, l’île tire son nom d’un sachem ou chef des Monomoyick, nommé John Sipson. « Nous voulons faire quelque chose pour l’île et honorer les peuples indigènes qui étaient ici avant nous », déclare la présidente du SIT, Tasia Blough, à Lauren Johnson de CNN. « Le mieux que nous sachions faire est d’apprendre, de maintenir, d’appliquer et d’enseigner (au mieux de nos capacités) les principes et les valeurs de ces peuples indigènes. Pour nous, cela signifie partager l’île, aider l’île, rétablir son état naturel et apprendre aux autres à faire de même ».

Faire découvrir l’île tout en la protégeant

Pour se rendre sur l’île, les visiteurs doivent emprunter un bateau privé pour rejoindre la rive orientale ou s’approcher de l’île par l’ouest en kayak. Le trust demande que seuls les bateaux à faible tirant d’eau de moins de 7 mètres accostent à terre afin de protéger l’environnement marin de l’île.

Advertisement

« Nous sommes très heureux d’accueillir des visiteurs dans ce lieu extraordinaire », déclare Tasia Blough. « Alors que nous préparons l’île pour son ouverture, j’ai été constamment étonné par la palette de beauté que nous découvrons. C’est comme si nous ouvrions un jardin secret ». Parmi les activités possibles, on peut se promener le long des sentiers, prendre des photos du paysage, faire de la randonnée, nager, pique-niquer et pêcher (avec un permis). L’île offre une variété d’écosystèmes à explorer, notamment des plages, des bancs côtiers, un marais salé, des herbiers de zostères, des prairies et des bois.

Des règles strictes s’imposent aux visiteurs

Il est interdit aux visiteurs d’amener des animaux domestiques, d’allumer des feux et de chasser la faune locale. Quelques habitations demeurent sur l’île et sont interdites, car le trust se développe et restaure la zone.

D’autres structures, comme le hangar à bateaux sur le côté ouest de l’île, seront conservées. Au cours des prochaines années, le Sipson Island Trust espère intégrer les trois hectares de terrain restants, procéder à la destruction de trois des quatre structures existantes sur l’île, et construire un centre de recherche et d’éducation en plein air. Les propriétaires prévoient de promouvoir les loisirs de plein air tout en restaurant les écosystèmes naturels de l’île et en soutenant la recherche environnementale et historique.

Advertisement