in

Le mystère du monstre du Loch Ness enfin élucidé ? Un ADN « non identifié » a été découvert en Écosse

Le monstre du Loch Ness suscite l’intérêt du monde entier depuis l’observation étrange d’un grand animal à long cou dans les Highlands écossais il y a près d’un siècle, mais les scientifiques pourraient enfin faire un pas de plus vers l’élucidation de ce mystère.

Advertisement

Un mythe incroyable

Nessie est une légende folklorique dont on dit qu’elle habite les eaux du Loch Ness, en Écosse, et qui a attiré l’attention du monde entier grâce à de nombreux signes inexplicables au fil des ans.

Advertisement

La communauté scientifique considère ces témoignages comme un phénomène sans fondement biologique, expliquant les observations comme des canulars, de fausses croyances et une mauvaise identification d’objets banals. Mais le Dr Neil Gemmell, de l’université d’Otago, a remis en question cette opinion après que son équipe de recherche néo-zélandaise ait extrait des échantillons génétiques à différentes profondeurs dans tout le loch afin de déterminer ce qui vit à l’intérieur.

Une anguille géante ?

Après un an d’étude, l’équipe a trouvé plus de 3000 espèces dans le lac, certaines si petites qu’elles ne sont pas identifiables à l’œil nu, mais il n’y avait aucune trace d’un monstre. Dr Gemmell dit en 2019 : « Il existe une quantité très importante d’ADN d’anguille. Nous ne pouvons pas exclure la possibilité que ce que les gens voient et croient être le monstre du Loch Ness soit une anguille géante. »

« Des plongeurs ont affirmé avoir vu des anguilles aussi grosses que leurs jambes dans le loch, qu’ils exagèrent ou non, je ne sais pas, mais il est possible qu’il y ait de très grosses anguilles dans le loch. Qu’elles soient aussi grandes qu’environ quatre mètres, comme le suggèrent certaines de ces observations, et bien, en tant que généticien, je pense beaucoup aux mutations et aux variations naturelles, et si une anguille aussi grande serait bien en dehors de l’aire de répartition normale, il ne semble pas impossible que quelque chose puisse atteindre une taille aussi inhabituelle ».

Le mystère plane toujours

Cependant, le Dr Gemmell a également admis que 20 % de l’ADN est revenu comme « non identifié », mais a précisé « qu’il n’y a probablement pas de reptile géant à écailles qui nage autour du Loch Ness ».

Il a ajouté : « Nous pouvons collecter cet ADN et obtenir une indication très précise de l’espèce qui s’est débarrassée de ce matériel, et avec le temps, vous pouvez collecter une assez grande quantité d’informations à partir d’un litre d’eau ». Mais les chasseurs de Nessie ont déclaré qu’une petite quantité « non identifiée », est suffisante pour poursuivre la recherche. Steve Feltham, qui détient le record du monde Guinness de la plus longue veille continue sur les rives du Loch Ness a déclaré au Telegraph en 2019 : « Je vais continuer à chercher. »

Advertisement