in

Les scientifiques déclenchent l’hibernation des souris, les astronautes pourraient être les prochains

Au Japon, des scientifiques ont réussi à déclencher un état d’hibernation chez des souris en activant un groupe spécifique de neurones.

Advertisement

Une hibernation des astronautes possibles ?

Les recherches, publiées cette semaine dans la revue Nature, suggèrent que même les animaux qui ne dorment pas naturellement pendant l’hiver sont capables d’hiberner. Entrer dans un état d’hibernation pourrait aider les astronautes à conserver de la nourriture et de l’eau, ainsi qu’à éviter les effets néfastes de la microgravité, lors de longs voyages dans l’espace.

Advertisement

L’hibernation n’est pas simplement un sommeil prolongé. Lorsque la nourriture se fait rare et que l’hiver approche, les animaux en hibernation commencent à ralentir leur métabolisme et à faire baisser leur température corporelle. Pendant leur sommeil prolongé, les animaux en hibernation calment leur cerveau et ralentissent leur rythme cardiaque et leur respiration.

Les neurones Q permettent d’entrer en hibernation

Ainsi, les ours, les serpents, les tortues et d’autres espèces en hibernation sont capables d’économiser de l’énergie. Lorsque le printemps arrive, les animaux se réveillent en ayant perdu un peu de poids, mais sont par ailleurs en bonne santé. Les souris n’hibernent pas dans la nature. Mais en laboratoire, des chercheurs ont réussi à les amener à un état d’hibernation en activant un type de cellule cérébrale appelée neurones Q.

« Les souris ont montré des qualités distinctives qui répondaient aux critères d’hibernation », a déclaré Takeshi Sakurai, chercheur à l’université de Tsukuba, dans un communiqué de presse. « En particulier, le point de consigne de la température corporelle est passé d’environ 36 degrés celsius à environ 27 degrés Celsius, et le corps a fonctionné normalement pour maintenir une température corporelle plus basse autour de 22 degrés Celsius, même lorsque la température ambiante environnante a été considérablement réduite ».

Un test réussi chez les souris

Pendant leur hibernation, qui a duré environ une semaine, les souris ont eu un rythme cardiaque plus lent, une consommation d’oxygène réduite et une respiration plus lente.

Bien que les souris n’hibernent normalement pas pendant des semaines ou des mois, elles connaissent ce que l’on appelle la torpeur quotidienne, une période quotidienne d’activité physiologique réduite. Cependant, les chercheurs ont pu reproduire l’état d’hibernation chez les rats, qui n’hibernent pas et ne ressentent pas de torpeur quotidienne.

Les humains pourraient hiberner

Les chercheurs affirment que l’expérience suggère qu’il est possible que les humains possèdent des neurones Q, ou des cellules cérébrales comparables, qui pourraient être manipulés pour déclencher un état d’hibernation.

« Les gens pourraient ne pas vouloir hiberner pour les mêmes raisons que les animaux », a déclaré Genshiro Sunagawa du Centre RIKEN de recherche sur la dynamique des biosystèmes. « Mais il y a des raisons médicales pour vouloir placer les gens en suspension d’activité, comme lors de transports d’urgence ou de conditions de maladie grave comme une pneumonie sévère, lorsque la demande en oxygène ne peut pas satisfaire l’offre ».

« Dans le futur, nous pourrions mettre les humains dans un état d’hibernation pour des missions vers Mars et au-delà », a déclaré M. Sakurai.

Advertisement