in

Cette petite maison est imprimée en 3D, flotte et durera plus de 100 ans

On connaît tous l’impression 3D, notamment pour réaliser de « petits » objets. Pourtant ce procédé de fabrication offre bien plus qu’on ne l’imagine. On peut l’utiliser pour construire des maisons et vous allez voir que c’est juste incroyable avec la dernière née en République Tchèque.

Advertisement

Une méthode de construction déjà utilisée

L’une des premières maisons imprimées en 3D au monde a vu le jour en Chine en 2016. D’une superficie de 400 mètres carrés et d’une hauteur de deux étages, il aura fallu 45 jours pour imprimer la maison, et à l’époque, cela semblait incroyablement rapide.

Advertisement

Depuis lors, des maisons similaires ont vu le jour dans d’autres parties du monde, notamment en Russie, aux États-Unis, en Italie et même dans toute une communauté de maisons imprimées en 3D au Mexique. Ce mois-ci, un autre pays a rejoint la liste : la République tchèque.

Prvok, la maison 3D conçue pour durer dans le temps

Prvok, comme on l’a surnommée, ne se laisse pas intimider par ses prédécesseurs et possède même quelques caractéristiques extra-cool : elle a un toit vert, est construite pour durer plus de 100 ans et peut même flotter. Imprimée ce mois-ci dans un entrepôt de la ville du sud-ouest de České Budějovice, la maison sera transportée en août sur l’île Střelecký sur la Vltava à Prague, où elle sera ouverte au public.

Prvok est une création de l’artiste tchèque Michal Trpak, qui a collaboré avec la banque Buřinka pour faire de sa vision une réalité. « L’architecture est rationnelle, calculée d’une certaine manière », a déclaré M. Trpak. « La sculpture est irrationnelle, elle est plutôt une question d’émotion. J’aime fusionner, expérimenter et essayer de nouveaux matériaux et de nouvelles technologies ».

Un temps de construction record

La maison a été imprimée à l’aide d’un bras robotisé appelé Scoolpt, qui a été modifié et reprogrammé à cette fin après avoir été utilisé sur une chaîne de montage automobile. Le matériau utilisé était un mélange de béton enrichi de fibres et de substances de nano-polypropylène pour améliorer la plasticité et accélérer le séchage. « J’aime le béton pour de nombreuses raisons », a déclaré M. Trpak. « Il peut être façonné, coulé, moulé, pulvérisé, superposé… il offre tant de possibilités. »

Il faut 24 heures pour que le béton « prenne » ou durcisse, mais 28 jours pour qu’il atteigne sa pleine capacité portante, qui, selon les ingénieurs du projet, équivaut à celle d’un pont. Il a fallu seulement 22 heures, 25 ouvriers et 17 tonnes de béton pour imprimer la maison, qui fait environ 43 m². C’est la taille d’un studio ou d’un petit appartement d’une chambre à coucher, et l’espace est divisé en un salon avec kitchenette, une chambre à coucher et une salle de bain. On ne dispose pas de détails sur le coût de l’impression de la maison ni sur son prix final une fois terminée.

Une maison 3D flottante !

Bien que pouvant reposer sur la terre ferme, Prvok a été spécialement conçue pour être installée sur un ponton. C’est tout à fait approprié ; avec une forme de sous-marin et des fenêtres circulaires en forme de hublot, la maison a un aspect nettement naval. Trpak affirme qu’elle peut résister au moins cent ans dans n’importe quel environnement. « À l’avenir, les propriétaires pourront écraser le bâtiment une fois sa durée de vie écoulée, et le réimprimer avec le même matériau directement sur l’emplacement », a-t-il déclaré.

Il est vrai que 100 ans n’est pas une durée de vie extraordinairement longue pour une maison ; il y en a beaucoup qui existent depuis si longtemps et qui ont encore des décennies de vie devant elles. Mais si l’on considère la vitesse à laquelle les maisons imprimées en 3D se développent et la simplicité de leur construction et de leurs matériaux, le rapport temps de construction/durée de vie est plutôt intéressant.

La construction de maison en 3D se démocratise

L’impression 3D a été saluée comme un moyen rapide, bon marché et écologique de construire des logements abordables. Au début de l’année, une poignée de maisons imprimées en 3D ont été ajoutées à une communauté à l’extérieur d’Austin, au Texas, construite pour des personnes qui étaient auparavant sans abri, et 50 maisons sont en cours de construction pour les résidents à faible revenu de Tabasco, au Mexique.

Ces deux projets sont issus de la start-up ICON, basée à Austin et spécialisée dans les technologies de construction, dont le co-fondateur Jason Ballard a déclaré : « Avec l’impression 3D […] vous avez la possibilité de faire un bond en avant en matière d’accessibilité. Les méthodes de construction conventionnelles présentent de nombreux inconvénients et problèmes que nous avons pris pour acquis pendant si longtemps que nous avons oublié comment imaginer une alternative ».

De gros avantages mais aussi des inconvénients

Les maisons imprimées en 3D ont leurs propres inconvénients ; elles sont plus pratiques dans les zones rurales à faible densité de population, mais le plus grand besoin mondial de logements sûrs et abordables se situe dans ou à proximité des grandes villes. Les matériaux utilisés pour leur construction se limitent actuellement au béton et au plastique, qui ne sont pas pratiques sous certains climats.

De plus, les murs en béton nu qui sont crachés par une imprimante peuvent présenter des difficultés techniques ou limiter la fonctionnalité de l’intérieur de la maison. Mais le côté positif, c’est que le projet tchèque semble avoir surmonté un obstacle important pour les maisons imprimées en 3D : elles ne sont plus exclusivement confinées à la terre.

Advertisement