in

Des mauvaises herbes pourraient permettre de faire du vin et du fromage

Des scientifiques russes pensent avoir trouvé le meilleur usage possible d’une espèce de mauvaise herbe envahissante : l’utiliser pour la fabrication de vin et de fromage.

Advertisement

Une herbe pas si mauvaise

Cherchant à trouver une utilisation à une espèce de mauvaise herbe envahissante qui est à la fois une menace pour la faune indigène et une nuisance pour les agriculteurs, des scientifiques russes ont découvert que l’extrait de la pestilentielle Bidens pilosa est une source prometteuse d’enzymes utiles au processus de fabrication du vin et du fromage. L’étude a été publiée dans l’International Journal of Scientific and Technology Research.

Advertisement

Cette mauvaise herbe particulièrement envahissante possède de multiples noms. Elle est également connue sous le nom de « Bident poilu », « Bident hérissé », « Herbe à aiguilles » ou encore Sornet. Originaire d’Amérique du Sud, c’est une plante annuelle pouvant atteindre 1 m de haut. Il s’avère que l’extrait de feuille de la fleur envahissante est assez efficace pour décomposer les protéines, montrant un grand potentiel comme ingrédient pour l’industrie alimentaire, selon les chercheurs de l’Université d’État de l’Oural du Sud.

Un régime alimentaire à base de plantes

L’extrait de feuille contient notamment les enzymes utiles au processus de fabrication du vin et du fromage, accélérant la fermentation et offrant ainsi un substitut végétalien aux enzymes coûteuses actuellement utilisées dans l’industrie alimentaire. « Il existe une longue tradition d’utilisation de Bidens pilosa comme médicament », a déclaré Irina Porotoko, co-auteur de l’étude.

« En raison de sa prévalence, son utilisation, à notre avis, est extrêmement bénéfique dans la vinification et la transformation du lait, où l’extrait de Bidens pilosa peut devenir une alternative à de nombreuses enzymes alimentaires animales ». Les scientifiques veulent analyser davantage de composants de la plante. Dans cette étude particulière, les chercheurs n’ont examiné que les enzymes des feuilles de la plante, mais les tiges, les racines et les fleurs pourraient bientôt rendre les soirées vin et fromage encore meilleures.

Advertisement