in

Il pourrait y avoir de la vie sur Mars, très près de la surface

Les scientifiques s’attaquent actuellement à la question de savoir quels types de vie pourraient résider actuellement sur la planète rouge, et comment nous pourrions trouver des traces de vie sur Mars.

Advertisement

Des années de recherches

Depuis des années, les scientifiques recherchent avec acharnement des signes de vie à la surface de Mars. Et, bien qu’il existe des preuves que la planète rouge ait pu être à un moment donné un monde habitable, aucune trace de vie martienne n’a été trouvée.

Advertisement

Mais que se passe-t-il sous la surface ? La vie pourrait se cacher dans les profondeurs de la planète rouge où l’eau semble abonder. Une équipe de chercheurs de l’université de New York à Abu Dhabi (NYU Abu Dhabi) suggère que le sous-sol de Mars pourrait contenir de l’eau et pourrait éventuellement favoriser la vie. Une étude sur cette recherche a été publiée mardi 28 juillet 2020 dans la revue Scientific Reports.

Aucune trace d’eau sur la surface de la planète

Bien que Mars soit actuellement un lieu aride et désolé, cela n’a pas toujours été le cas. Des preuves suggèrent que tout au long de ses 4,6 milliards d’années d’existence, Mars a pu avoir des calottes glaciaires polaires, des canyons lisses et des vapeurs atmosphériques.

En septembre 2012, la NASA a annoncé que son rover Curiosity avait trouvé des preuves d’un ancien lit de rivière dans le cratère de Gale sur Mars, suggérant que de l’eau aurait pu y couler une fois. Cependant, au fil du temps, les scientifiques pensent que Mars a perdu son eau par un processus connu sous le nom d’échappement atmosphérique où des gaz s’échappent de l’atmosphère de la planète dans l’espace. Par conséquent, les missions précédentes vers Mars n’ont pas pu trouver d’eau liquide s’écoulant à la surface de la planète. Le sous-sol, en revanche, n’a pas encore été exploré.

Le sous-sol de Mars encore inexploité

L’équipe de chercheurs à l’origine de la nouvelle étude suggère que le sous-sol de Mars pourrait éventuellement accueillir la vie puisqu’il contient des traces d’eau sous forme de glace et de saumure. En outre, l’étude suggère également que les rayons cosmiques galactiques, des particules à haute énergie qui bombardent la Terre et d’autres planètes, pourraient fournir l’énergie nécessaire à la chimie d’oxydoréduction induite par les radiations, ou un type de réaction chimique où les états des atomes sont modifiés, qui pourrait favoriser la vie.

Ainsi, l’étude suggère que la vie pourrait exister sous la surface de Mars. Cependant, elle aurait dû s’adapter à l’environnement difficile du sous-sol martien qui comprend des températures et une pression de surface basses, ainsi qu’une forte dose de radiation. « Il est passionnant de penser que la vie pourrait survivre dans un environnement aussi rude, à peine deux mètres sous la surface de Mars », a déclaré Dimitra Atri, chercheur au Centre des sciences spatiales de l’Université de New York à Abu Dhabi et auteur principal de la nouvelle étude.

Mission ExoMars en 2022

Dimitra Atri compte sur une prochaine mission vers Mars pour explorer cette possibilité de vie dans le sous-sol martien. L’Agence spatiale européenne lance ExoMars en 2022 dans le but de rechercher la vie, passée ou présente, sur Mars.

La mission comprend un rover qui se déplacera sur le terrain martien, recueillant des échantillons à l’aide d’une foreuse et les analysant avec sa multitude d’instruments. La foreuse du rover est conçue pour extraire des échantillons à différentes profondeurs, jusqu’à un maximum de deux mètres. « Lorsque le rover Rosalind Franklin à bord de la mission ExoMars (ESA et Roscosmos), équipé d’une foreuse souterraine, sera lancé en 2022, il sera bien adapté pour détecter la vie microbienne existante et, espérons-le, fournir des informations importantes », a déclaré Dimitra Atri.

Advertisement