in

Le Serpent (Netflix) : l’histoire vraie d’un tueur en série français

Le Serpent, mini-série en 8 épisodes, retrace l’histoire d’un tueur en série négociant de pierres précieuses dans les années 70. Ce serial-killer français attaquait les touristes occidentaux dans de nombreux pays d’Asie. C’est Tahir Rahim qui prend les traits de ce tueur impitoyable, Charles Sobhraj et son interprétation a déjà été saluée par la critique. Déjà diffusée par la BBC au Royaume-Uni, Le Serpent est disponible sur Netflix à partir du 2 avril.

Advertisement

Un thriller glaçant sur fond d’histoire vraie

Le Serpent a bel et bien existé et a laissé de nombreuses victimes derrière lui. A l’époque des années hippies, les voyageurs occidentaux étaient à la recherche de rencontres spirituelles et autres dépaysement dans les grandes villes d’Asie comme Bangkok ou Delhi. Charles Sobhraj (Tahir Rahim) et sa petite amie Marie-Andrée Leclerc (Jenna Coleman) se trouvaient toujours au bon endroit pour « aider » ces touristes. Se faisant appelés Alain et Monique et une fois la confiance établie, le couple droguait et volait leurs proies, allant jusqu’au meurtre avec la complicité d’un homme, Ajay Choawdhury (Amesh Edireweera).

De nombreux livres, documentaires et articles de presse ont été réalisés sur ce serial-killer car ses méfaits et les longues séries de meurtres avaient défrayé la chronique pendant près d’une décennie. C’est grâce à la persévérance d’un jeune diplomate néerlandais Herman Knippenberg (Billy Howle) travaillant à l’ambassade des Pays-Bas que Charles Sobhraj sera enfin arrêté. De nombreuses familles avaient alerté sur la disparition de leurs proches, et Herman Knippenberg avait décidé d’enquêter sur cette série de crimes.

Une atmosphère particulière

Ce qui est ressort le plus de cette mini-série est son atmosphère pesante. Les décors retracent impeccablement l’ambiance des années 70. Les personnages semblent tout droit sortir de cette époque tant les accessoires, les coiffures et les costumes sont authentiques. L’interprétation des personnages est tout aussi bluffante, en particulier celle de Tahir Rahim.

Advertisement

Son personnage dégage un tel mystère, qu’il est clairement difficile de cerner ce tueur. Quelles furent ses réelles intentions ?, les personnes qui ont connu Charles Sobhraj ont témoigné sur l’ambiguïté de sa personnalité.

Que devient Charles Sobhraj ?

Le vrai serpent est toujours en prison à perpétuité à ce jour et depuis son incarcération en 1976, Charles Sobhraj a continué ses tours de passe-passe. Evasions, escroqueries, empoisonnements, ses années de détention sont aussi dignes d’un scénario. Il commence à purger sa peine en Inde, mais risque d’être extradé en Thaïlande où ce sera la peine de mort. Pour éviter son extradition, il s’évade mais se fait rattraper facilement. Il échappe alors à son extradition, expirée, et écope de 10 années supplémentaires à New Dehli, à la prison de Tihar.

Après 21 années de prison en Inde, Charles Sobhraj revient en France. Il négocie une fortune toutes ses interviews et apparitions. En 2003, Il part au Népal et sera arrêté pour deux meurtres datant de 1975. Il s’y trouve actuellement. Quant à sa complice Marie-Andrée Leclerc, elle purgera 6 années de prison et aura l’obligation de rester en Inde à sa sortie. Elle retournera finalement au Quebec pour y mourir après avoir été diagnostiquée d’un cancer. Elle se dira victime du serpent et non sa complice.

Advertisement