in

42 faits confidentiels sur l’espionnage pendant la Seconde Guerre mondiale

Advertisement

De 1939 à 1945, le monde a subi la pression d’une guerre sans répit. Derrière chaque champ de bataille, cependant, se trouvaient deux camps opposés d’agents d’espionnage, dont la plupart étaient sous la direction de l’une des trois principales organisations de renseignement. Certains de ces espions étaient des hommes politiques, des criminels, voire des célébrités. Certains étaient des agents doubles, offrant leur aide là où on s’y attendait le moins, sans jamais être complètement dignes de confiance. Ce n’est qu’après la guerre que l’étendue de leurs activités a été connue. Et avec la guerre froide qui se profilait à l’horizon, la véritable ère de l’espionnage ne faisait que commencer. Voici 42 faits confidentiels concernant les espions de la Seconde Guerre mondiale.

42.Wild Bill

Advertisement

Aux États-Unis, avant la CIA, il y avait l’OSS (Bureau des services stratégiques). L’OSS était dirigé par William Joseph Donovan surnommé Wild Bill. William Donovan avait attiré l’attention des plus hautes instances gouvernementales, d’abord en tant que soldat pendant la Première Guerre mondiale, puis en tant qu’avocat et fervent défenseur des speakeasies à l’époque de la Prohibition. Avant d’être nommé à la tête de l’OSS, le président Franklin Roosevelt avait offert à William Donovan le poste de gouverneur des Philippines, ce que Wild Bill a refusé.

Advertisement