in

Elle pensait avoir adopter un adorable chiot, c’était en réalité tout autre chose

Les autorités locales à la rescousse

publicité

Publicité

Quelques minutes après avoir parlé aux autorités locales par téléphone, la police du Bureau de la sécurité publique forestière du comté de Yiliang est rapidement intervenue et s’est rendue à leur domicile. Après s’être rendu compte que l’inquiétude de Su était fondée, ils ont pris les mesures qui s’imposaient et se sont occupés de l’ours. “J’ai un peu peur des ours.” a confié Su à la police. Alors qu’elle discutait avec eux, elle a également avoué qu’elle n’était pas vraiment consciente que Petit Noiraud n’était pas un chien et, surtout, qu’il était interdit de domestiquer des animaux sauvages. Elle ne savait pas qu’il s’agit d’une violation des lois et règlements sur la sécurité publique forestière.

Publicité